26 février 1915

Le 26 février 1915      

                              

Ma chère maman,

Mes lettres sont comme les communiqués officiels, toujours rien de nouveau ou d’intéressant à te signaler. Je reçois régulièrement de tes nouvelles, ce qui prouve que les boches n’ont pas encore empêché les relations avec la métropole malgré leurs annonces.

Maurice Chemeau s’est embarqué pour la France, il vient lui aussi nous prêter son concours. René culotte dur j’espère et je l’excuse presque de ne pas m’écrire ; pourtant que serai-ce de me sacrifier 10mn ? Gaston non plus ne m’écrit pas. J’espère que s’il vient sur le front il le fera plus souvent.

Je t’embrasse bien fort ainsi que René, grand mère, cousine et tout le monde chez tante,

ton fils qui pense à toi

Henri

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×