1er mars 1915

Le 1er mars 1915    reçue le 8

Ma chère maman,

Voilà  4 ou 5 jours que j‘étais malade, ou plutôt fatigué dans une ambulance,  je ne te l’avais pas dit plus tôt pour ne pas d’inquiéter, mais maintenant que ce gros rhume est passé, tu n’as plus à te faire de mauvais sang. Le major, un chic type, m’envoie pour 15 jours au repos à Chalons ; ce qui fait que jusqu’au 15 mars, je vais pouvoir un peu profiter de la vie de garnison.

Ma foi, après, je reprendrai ma place avec les autres, jusqu’au repos final conséquence de notre victoire sur les boches !

Je tousse encore un peu mais les pastilles que Mme Lacretelle m’a envoyées, et que j’ai encore, vont me servir.

 

Je t’écrirai plus longuement demain car je prends à 2h1/2 le train pour Chalons.

Envoie moi toujours mes lettres au même endroit on me les fait parvenir

Je t’embrasse bien fort

Henri

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site